UN GRENELLE DES VIOLENCES POUR RÉAGIR

 
 
UN GRENELLE DES VIOLENCES POUR RÉAGIR

Le 3 septembre 2019 s’ouvre "le Grenelle des violences conjugales". Cette date, choisie pour faire écho au numéro d’urgence 3919, sera le début d’une longue série de rencontres qui se termineront le 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, par la présentation d’un nouveau plan stratégique quinquennal.

Une mobilisation générale contre les violences sexistes et sexuelles

A l'initiative du gouvernement et de la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations,  Marlène Schiappa, ce Grenelle sera l’occasion de mettre en place des groupes de travail thématiques afin d’aboutir à des mesures encore plus efficaces et au plus près du terrain pour toujours mieux protéger les femmes et les hommes victimes de violences sexuelles et sexistes.

Il permettra également de rappeler aux auteurs de violences la loi et la gravité des faits et d’inciter les témoins à intervenir

Tous les aspects des violences conjugales seront traités : les enfants victimes, les spécificités territoriales, les violences post séparation, les plaintes et le parcours judiciaire, l’hébergement, la protection... tous.

Des déclinaisons du Grenelle sont organisées localement.

 

Une concertation avec les acteurs locaux

Ainsi, en Mayenne, trois groupes de travail réunissant des professionnels, des acteurs locaux et des experts se réuniront courant septembre afin d’échanger sur les thèmes suivants :

 -  Comment favoriser la parole des femmes dans les commissariats et gendarmeries ?

-  Quelles mesures pour favoriser le maintien de la victime (et de ses enfants) à son domicile ?

- Comment assurer une prévention efficace auprès des jeunes publics ?

Le travail de concertation et de construction avec les acteurs locaux sera également marqué par la réunion le 19 septembre prochain du Comité local d’aide aux victimes (CLAV), qui a élaboré un schéma départemental qui s’attache notamment à la prise en charge des femmes victimes de violences.

Les membres des 5 comités locaux de sécurité et de prévention de la délinquance(CLSPD), signataires des contrats locaux contre les violences conjugales, se réuniront enfin le vendredi 4 octobre , afin  d’établir une architecture commune de plan d’actions pour mieux accompagner les victimes au plus près du territoire.

Une consultation publique

A partir de ces travaux, des réunions publiques  associant les citoyens, seront organisées en octobre. Elles sont ouvertes à toutes et à tous : victimes et familles de victimes, citoyens, entreprises, associations.

- Une réunion publique animée par le Cidff sur le thème « Comment assurer une prévention efficace auprès des jeunes publics ? »,  aura lieu le jeudi 10 octobre à 18h à la Maison de quartier Saint Nicolas, à Laval

 - Une réunion publique animée par l’association Adavip 53 sur le thème : « Comment favoriser la parole des femmes dans les commissariats et gendarmeries ? », aura lieu mardi 15 octobre à 19h à la Maison des associations de Laval

 - Une réunion publique animée par l’association Revivre sur le thème « Quelles mesures pour favoriser le maintien des victimes  dans leur domicile ? », aura lieu dans les locaux de l’association Revivre (149  avenue Pierre de Coubertin à Laval), jeudi 17 octobre à 19h00 .

 

Un outil de prévention à l’attention des plus jeunes

La représentation du spectacle de danse « Salop’art », créé par des femmes et des lycéennes d’Evron sur le thème du harcèlement de rue, est programmée à l’Avant-scène à Laval le vendredi 27 septembre à 20h Cette représentation sera suivie d’un échange avec la salle, avec la participation des associations locales chargées de l’accompagnement des victimes.

Des outils pour réagir face aux violences sexistes et sexuelles

LE SITE ARRETONSLESVIOLENCES.GOUV.FR

Le 39 19, numéro d’appel national

La plateforme de signalement en ligne

LE COMPTE TWITTER ARRETONS-LES!

Une grande consultation citoyenne

Ce Grenelle s’accompagne également d’une consultation publique. Tout citoyen peut apporter sa contribution.

Vous souhaitez participer ? Envoyez vos propositions par courriel  !

 

Aujourd’hui encore, des femmes sont tuées par leurs conjoints ou ex-conjoint.

C’est inacceptable. Mobilisons-nous tous ensemble. Parce que réagir peut tout changer.